Le Zalmaqum

En 2000, D. Charpin, à partir des archives de Mari, a montré que le Zalmaqum était composé de plusieurs cités royales indépendantes dont Hanzat, Harran, Nihriya et Suda, en s’appuyant notamment sur les textes suivants :

  • 27 78 : «Une troupe de 2000 Zalmaquéens de Yarkab-Addu, roi de Hanzat, est arrivée à Qattunan ».
  • 27 79 : « Yansib-Dagan avec une troupe de 2000 Zalmaquéens de Bunuma-Addu est arrivée à Qattunan ». Bunuma-Addu est connu par ailleurs comme étant le roi de Nihriya.
  • 27 80 : « 800 hommes forment la troupe de Sibkuna-Addu, le roi de Suda, et Hibrum-Malik, son frère et général, et 400 hommes de Asdi-Takim, du roi de Harranu – Muti-Addu est son frère et général – Soit plus d’un millier de Zalmaquéens sont arrivés à Qattunan. »

Et puis 26 24 montre que Harran était le lieu principal des prises de décision des rois du Zalmaqum : « Asmad qui vous aime dit: « J’ai envoyé mes garçons à Zalpah et Ahuna, et ils ont vérifié pour moi, et le rapport que j’ai écrit il y a quelque temps à mon seigneur s’est avéré être vrai. Yagih-Addu, Hardum et Samsi-Addu sont entrés dans Ahuna. Kilamaras et Atamrel l’Uprapéen ont fui à Tuttul avant leur arrivée. Asdi-Takim et les rois de Zalmaqum ainsi que les maires et les anciens des fils de Yamina ont tué des étalons dans la maison de Sin de Harranu. Les rois du pays de Zalmaqum ont proclamés ce qui suit: « Nous irons en guerre contre Der. Et nous, les roi, serons présents »
Clairement, il s’agit de la région des affluents du Balikh, au nord de Zalpah qui était situé vers le premier confluent. Il se pose d’ailleurs la question de l’appartenance de Zalpah au Zalmaqum. Il faut noter que beaucoup de noms de toponymes du 2e millénaire avant notre ère ont fluctué au niveau des consonnes « m », « b » et « p » : certaines étant absentes de langues de cette région. « Zalmaqum » peut phonétiquement signifier « pays de Zalpah ». Il faut remarquer que le pays de Mari comprenait surtout des territoires en amont de l’Euphrate et de ses affluents. Et donc, par comparaison, il faut considérer que Zalpah était la ville principale du Zalmaqum, même si du temps de Samsi-Adu ce ne semble pas être le cas : le souverain de Haute-Mésopotamie a privilégié d’autres cités voisines, notamment Subat-Samas et Tuttul.

D’autres villes de moindre importance apparaissent dans le Zalmaqum : Arduwan et Alatru vers Suda.

Enfin, des cités sont mentionnés proches du Zalmaqum : Subat-Samas, Ahuna et Tuttul. en aval du Balikh.
Les agglomérations de la vallée de l’Euphrate vers l’ouest semblent avoir servies de frontière, notamment Emar et Karkémis qui étaient indépendantes. Le texte I10 laisse un doute sur Till-Abnim, capturée par Yasmah-Addu. Tout comme Talhayum : « Aux confins du Zalmaqum, les gens de Talhayum et les Hapiru ont pillé Lahaya ».

Le périmètre du Zalmaqum a probablement varié dans le temps.
Un millénaire plus tard, les archives néo-assyriennes montrent que la même région devait s’appeler Bit-Adini, mais en étant centrée plus vers l’Ouest, à cheval sur l’Euphrate.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus