Les pays de Nairi

Les pays de Nairi sont essentiellement mentionnés dans les archives assyriennes. Dès le 13e siècle avant notre ère, Tukulti-Ninurta I se proclame entre-autre roi de Shubari, de Kuti et des pays de Nairi. Dans ses annales, il différencie clairement ces trois entités : il déclare avoir combattu le grand pays de Subartu puis 43 rois des pays de Nairi dans des montagnes sans route.
Teglath-Phalaser I, lui, en a combattu 23 qu’il cite : Nimme, Tunube, Tuali, Kidari, Uzula, Unzamuni, Andiabe, Pilakinni, Aturgini, Kulibarzini, Shinibirni, Himua, Paiteri, Uiram, Shururia, Abaeni, Adaeni, Kirini, Albia, Ugina, Nazabia, Abarsiuni et Daiaeni. Bien que peu de villes sont ici reconnues, il faut constater qu’il positionne le pays de Nairi au nord-ouest de celui du Subartu, vers l’amont du Tigre, en y incluant les monts Kasiari puisque Nusaybin en fait partie. Dans ce vaste territoire il y a le pays de Kirhi. Il se dit : « Conquérant des pays de Nairi, de Tummi à Daini et conquérant de Kirhi jusqu’à la Grande Mer ».
Vers l’an 900 avant notre ère, Adad-Nirari II décrit une géographie similaire, sans y inclure de pays des bords de la Méditerranée : « Je suis celui qui a marché contre les pays de Nairi et a conquis avec ses bras Kirhi qui s’étend à son intérieur ».
Tukulti-Ninurta II dit avoir capturé les mines d’argent des pays de Nairi appartenant à Amme-ba’il du Bit-Zamani.

Les annales d’Assurnasirpal II confirment que les assyriens désignaient ainsi les vastes régions de l’amont du Tigre. Durant sa deuxième année de règne ce roi indique que le pays de Nairi est composés des villes-états suivantes :

Le Nairi devint une partie importante du pays d’Urartu entre les règnes de Salmanazar III et Tiglath-Pileser III. Il est maintenant quasi certain que les néo-assyriens désignaient le plus souvent le Lac de Van par « Mer de Nairi ».

 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus