Campagnes d’Assurnasirpal II en amont du Tigre

Assurnasirpal II nous a laissé des annales qui montrent qu’il a affermi l’Empire Néo-Assyrien vers l’amont du Tigre.

Les textes ci-dessous sont extraits de « Babylonian and Assyrian Literature » de J. M. Rodwell en 1901.
Lorsqu’un toponyme est identifié dans ce blog, sa dénomination de l’âge du bronze et/ou son nom moderne est précisé entre parenthèses et un lien permet d’accéder directement à l’article dans lequel se trouve plus de détails.

Quelques toponymes géographiques sont localisés de façon certaine :

  • Les monts Kasiari étaient l’actuelle Tur Abdin, au sud du Tigre.
  • Par « pays de Nairi », les assyriens désignaient globalement la région de l’amont du Tigre.
  • De Huzirana il était aisé de déplacer une armée vers l’amont de l’Euphrate et de se diriger vers le nord, c’est-à-dire vers les sources du Tigre.

C’est la dernière campagne d’Assurnasirpal II, vers l’année 866 avant J-C, qui présente les informations géographiques les plus précises :
« De Calach j’ai traversé le Tigre, je suis descendu au pays de Kipani (Appan), et là, dans la ville de Huzirina (Huzirina) j’ai reçu le tribut des gouverneurs de ses villes.
Pendant mon séjour à Huzirana (Huzirina), j’ai reçu l’hommage d’Ittiel de Nilaya, de Giridadi d’Assaya, de Qatuzili de Kummuhu (Kummaha). »
« Je me suis retiré de Huzirina (Huzirina) et j’ai pris la direction de l’amont des rives de l’Euphrate en traversant le mont Kubbu, puis des villes d’Assa et Kirkhi (Karacadag) en face du pays de Hatti.
J’ai capturé les villes d’Umalie et de Khiranu des villes puissantes du Bit-Adini. »
« Je suis repartit de Karania. Je suis allé aux environs du pays d’Amadani (Maden). Je suis descendu parmi les villes de Dirrie et j’ai brulé des villes des pays d’Amadani et d’Arquanie (Maden et Ergani). J’ai capturé Mallanu qui se trouve sur le mont Arquanie (Ergani). Je suis reparti de Mallanu et j’ai brulé les villes de Zamba sur mon chemin sablonneux. J’ai traversé la rivière Sua, en remontant vers le Tigre. Je fis des ruines des villes de part et d’autre des rives du Tigre en Arquanie (Ergani). Ses eaux ont débordé sur tout Kirkhi (Karacadag). Ils se sont soumis. »
« Dans les environs du pays d’Amadani (Maden), j’arrivai à Barza-Nistun (Barzanistun). Je m’approchai de Dandamusa, la ville fortifiée d’Ilani, du Bit-Zamani, et je l’assiégeai ».
« J’ai pris possession de la ville. J’ai dirigé les prisonniers vers la ville d’Amidi (Amida) la ville royale ».
« Repartant d’Amidi (Amida) je me suis dirigé vers les monts Kasiari. J’ai pénétré la ville d’Allabzie aux rochers et aux pierres desquels personne parmi les rois mes pères ne s’était jamais approché. J’assiégé la ville d’Uda (Tidu), la forteresse de Labduri fils de Dubuzi. J’ai pris la ville et emporté de nombreux butins à Assur ».

C’est lors de sa deuxième année de règne qu’Assurnasirpal II évoque surtout la ville de Damdamusa, avec le prétexte suivant : « Halaya, un prince, que Salmanazar, roi d’Assyrie, avait installé avec des Assyriens dans la ville de Hasiluha, s’est révolté. Ils ont pris la route de Dandamusa, une ville sous ma gouverne, afin de s’en emparer. »
Voici les passages géographiques les plus importants :
« Je suis allé au pays de Kasiari, à Kinabu (Sinamum), la ville fortifiée de la province de Halaya. »
« Hulaya, le gouverneur, je l’ai écorché. Sa peau a été exposée sur les murs de Damdamusa ».
« J’ai pris la ville de Mariru sur leur territoire ».
« J’ai tué au combat, dans la plaine, des soldats du pays de Nirbi ».
« Nirbi est au pied du mont Ukhira ».
« Ils prirent la fuite à Tila (Tilla) leur ville fortifiée. Aussi, de Kinabu (Sinamum) je suis reparti et je me suis approché de Tila (Tilla) : une ville forte avec trois forts se faisant face. »
« La ville, je l’ai renversée, rasée et brûlée, et j’ai fait de même aux autres forteresses du pays de Nirbi. Je suis reparti de Nirbi vers la ville Tuskha (Tushan) ».
« J’ai réoccupé la ville de Tuskha (Tushan), j’ai démoli son vieux fort et construit à sa place un nouveau château. J’ai érigé un palais pour la résidence de Ma Royauté ».
« J’ai fabriqué une statue à mon image et j’ai écrit dessus les prouesses que j’ai réalisées dans le pays de Nairi. Je l’ai installé dans la ville de Tuskha (Tushan). J’y ai entreposé les blés et les orges de Nirbi. Le peuple de Nirbi, qui s’était enfui, est revenu et a accepté mon pouvoir. J’ai pris possession de leurs villes, de leurs vice-rois, de leurs nombreuses maisons. »
« Pendant mon séjour à Tuskha (Tushan), j’ai reçu les hommages d’Ammibaal, de Bit-Zamani, d’Anhiti du pays de Shubria, de Labduri fils de Dubuzi du pays de Nirdun et du tribut du pays d’Urumu, des princes du pays de Nairi, »
« J’ai désigné un vice-roi pour gouverner le pays de Nairi ».
« Mais à mon retour du pays de Nairi, Le pays de Nirbi qui est dans les montagnes de Kasiari s’est révoltée. Neuf de leurs villes se liguèrent avec Ishpilipri, une cité fortifiées situé sur une montagne difficile d’accès. Mais j’ai assiégé et pris les hauteurs de la colline au milieu de la forte montagne, et j’ai tué leurs combattants. »
« En allant par la passe de la ville Buliani j’ai atteint les rives de la rivière Lukia dont j’ai pris possession. J’ai occupé les villes du pays de Kirhi (Karacadag) tout près. J’ai tué beaucoup de leurs guerriers. J’ai brûlé leurs villes par le feu et je suis allé à la ville d’Ardupa. Je reçu les hommages d’Ahiramu, fils de Yahiru, du pays de Salli, le Bit-Bahiani du Hatti et des princes du pays de Hanigalbat. »

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus