Le pays de Mira et le Lukka

Dans les archives de Hattusa, Mira est un des pays de l’Arzawa. Voici, extrait de « L’apogée du Nouvel Empire Hittite » de Jacques FREU et Michel MAZOYER, CTH 68 qui décrit les frontières du pays de Mira du temps de Mashuiluwa : « De ce côté, en direction de la cité de Maddunassa, le camp fortifié de Tuthaliya sera ta frontière. Et d’un autre côté le gouffre de la cité de Wiyanawanda sera ta frontière. Tu ne la franchiras pas en direction de la cité d’Aura. De ce côté, en direction de la rivière Astarpa, le pays de Kuwaliya sera ta frontière. Ce pays qui sera le tien, protège-le ! Tu ne fonderas aucune cité sur la rivière Astarpa ou sur la rivière Siyanta ».

J. Garstang et O. Gurney ont identifié Maddunassa à la classique Attanassos sur le haut Méandre.
Wiyanawanda apparaît dans de nombreux autres textes, elle est admise comme étant la ville gréco-romaine d’Oenoanda le long du fleuve Xanthos. Cependant, ici il s’agit d’un lieu traduit « gouffre de la cité de Wiyanawanda » qui peut être non loin.
Dans ce blog, Aura est la classique Ariassus.
Astarpa peut être une déformation d’Isparta. La rivière ainsi dénommée est celle qui prend sa source vers Isparta et se dirige vers le sud-est, vers le Kastariya (Kestros, Aksu). Suppiluliama, ainsi que Mursili II, ont livré une guerre vers la ville de Ulma, sur le fleuve Astarpa.

Le pays de Kuwaliya est vraisemblablement la Kabalis gréco-romaine. Kuwaliya s’est déformé en Kuvali puis Kubalis, Kabalis.

Beaucoup d’historiens considèrent que la rivière Siyanta est le Méandre. Ici, dans ce blog, la classique Sinda est préférée de par sa proximité phonétique.

Ce qui donne un périmètre géographique correspondant à la Lycie classique renforcée de la Kabalis.

En plus, dans le traité entre Mursili II et Kupanta-Kuranta, il est indiqué que des garnisons ont été laissées par le grand roi dans le pays vassal à Impa, Arsani, Sarawa et Hapanuwa.

Jacques FREU voit Sarawa comme étant la classique Saroua près de Synnada et Hapanuwa est revendiqué comme étant le nom hittite de Afyonkarahisar. Ce qui peut correspondre à une extension vers le nord, limitée dans le temps.
Par ailleurs, deux inscriptions en montagne mentionnent Mira :

  • Au col de Karabel, non loin de l’ancienne ville d’Éphèse, en langue louvite, Tarkasnawa se dit roi de Mira (ce souverain est confirmé par des sceaux, au nom de Tarkondemos, trouvés lors des fouilles de Hattusa) ;
  • A Suratkaya, vers le sommet du mont Beşparmak (ancient mont Latmos) sur une cavité rocheuse, quelques signes évoquent le pays de Mira et le Grand Prince Kupaya, probablement Kupanta-Kurunta roi de Mira signataire d’un accord avec Mursili II.

Ce qui donne à ce pays une étendue territoriale assez importante vers l’ouest, toutefois cohérente avec les annales de Mursili II, mais qui semble aussi avoir été limitée dans le temps :
http://y.deliyannis.free.fr/hatti/texts.php?id=mursili1-8
Purandas, la principale ville cible de ces campagnes militaires, a dû faire les frais de l’extension des pays de Seha et de Mira : Suratkaya devait être une première limite qui a probablement été repoussée plus au nord jusqu’au col de Karabel.

Bien qu’aucune fouille archéologique ne montre une occupation humaine durant la période hittite, il se peut que la Myra classique soit à l’origine du nom de ce pays :
https://www.persee.fr/doc/anata_1018-1946_2011_num_19_1_1099
Au nord de la ville de Myra, de montagnes du Taurus au relief particulièrement escarpé ne devait pas aider la communication avec les territoires autours. Pourtant, maintenant, on admet que les lieux d’habitat des hommes de l’âge du bronze n’étaient pas toujours des plaines. Au contraire, sans doute pour des raisons défensives, les hommes de l’âge du bronze appréciaient les lieux escarpés et isolés.

Entrée du théâtre lycien de Xanthos

Entrée du théâtre lycien de Xanthos

Le texte CTH 68 annonce l’annexion d’une partie nouvelle de territoire au pays de Mira, qui a dû voir sa dimension territoriale fluctuer avec le temps. Toutefois, Mira semble avoir toujours fait partie de deux pays plus grands, mais plus éphémères, ceux d’Arzawa et de Lukka. Il faut noter que les tablettes hittites ne mentionnent jamais ensemble le pays de Mira et le pays de Lukka. L’un est bien un sous-ensemble de l’autre, ou son équivalent. Le pays de Lukka s’identifie, au millénaire suivant, avec la Lycie des gréco-romains.

Théâtre lycien de Xanthos

Théâtre lycien de Xanthos

C’est l’inscription dite de Yalburt, découverte en 1970, près d’Ilgin au nord-ouest de Konya, qui a permis une bonne reconstitution des noms des principales villes du pays de Lukka. En effet, il s’agit d’annales retraçant la victoire du dernier Tuthaliya sur le pays de Lukka. Wiyanawanda est la première cité mentionnée. Le roi y aurait stationné une centaine de chars. Apparaissent ensuite, au cours du récit, les villes de Luwanda, Pinata, Awarna, Talawa, Patara qui incontestablement correspondent aux gréco-romaines Loanda, Pinara, Xanthos, Tlos et Patara.
Xanthos est une de ces anciennes cités les plus visitées

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus