Le Tell es-Suleimeh est l’ancienne Baritum ou Purattum

Le Tell es-Suleimeh a été fouillé en archéologie préventive dans le cadre de la construction d’un barrage sur la Diyala au niveau du bassin du Hamrin, en Irak. Il s’agit d’un des plus grands tells de cette région. Une équipe d’archéologues Irakien y a travaillé de 1977 à 1984. Des tombes et un grand bâtiment de forme ovale, de 280×240 mètres, de l’époque d’Akkad, ont été exhumés. Le site est surtout connu pour la diversité des haches issues des différentes couches fouillées, dont certaines avec des références en Iran occidental. Guillaume Gernez a soutenu une thèse qui reprend ces découvertes.

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00339404/document

Plus généralement, les sites du bassin du Hamrin ont livré une multitude de forteresses dès le 3e millénaire avant J-C.
http://www.theses.fr/2018PA01H043

Des tablettes y ont été trouvées en 1979 : 47 de la période Akkadienne et 30 du début du 2e millénaire avant notre ère.
Bien que peu documenté, d’après les fouilleurs, le toponyme « Awal » y est fréquemment rencontré et une brique inscrite par un dénommé Ayyabum, homme de Batir, évoque l’inauguration d’un temple de Baritum. Visiblement, il s’agit d’un dépôt de fondation, et donc le Tell es-Suleimeh était, à l’âge du bronze, la ville de Baritum.

Dans cette région, les textes néo-assyriens évoquent une telle cité, orthographiée, selon les traducteurs Burata, Birite, Birutu ou Burutu.
Comme ce toponyme signifie « Forteresse », dans les textes plus récent cette désignation de ville a parfois été traduite par le nom commun de « Forteresse des Babyloniens » notamment dans les annales de Teglath-Phalasar III.
Ce qui est en phase avec les découvertes des différents types d’armes et du bâtiment de forme ovale.

Ce sont les annales d’Assurnasirpal II qui évoquent le mieux cette cité à l’extrémité du pays de Zamua, c’est-à-dire celui des Lulubi du 2e millénaire avant notre ère.

A l’âge du bronze, il s’agit du toponyme orthographié Burunda dans les textes d’Eshnunna. Le roi Dadusha de ce dernier pays a revendiqué sa capture.
Dans « Letters to the King of Mari », Wolfgana Heimpel a traduit cette cité par Puratum dans le texte XXVI 415 : « Iddiyatum m’a écrit de Karana ce qui suit « Des troupes sont sorties d’Ekallatum et ont pris les villes de Purattum et de Ashan du Numha. Une troupe de secours est allé contre elles de Karana, et ils ont emmenés leurs prisonniers de guerre dans Razama ».

Le Tell es-Suleimeh, plus globalement le bassin du Hamrin, était une place forte frontalière entre différents pays : Karana, Numha, Eshnunna, Babylone et Ekallatum puis l’Assyrie.

Mes notes de vraisemblance :
Le Tell es-Suleimeh est l’ancienne Birutu de l’âge du fer : 3,5/5
Le Tell es-Suleimeh est l’ancienne Burunda ou Purattum de l’âge du bronze : 3/5

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus