Andarig, le tell Khoshi

 

Andarig est une cité bien documentée dans les archives de Mari, mais aussi dans celles des tells Leilan et Al Rimah. Qarni-Lim, Atamrum, Himdiya et Burija y sont des rois successifs d’Andarig.
D’après IV 31, Karanâ et Nurrugûm sont proches d’Andarig. Il s’agit d’un courrier qui mentionne une levée, par erreur, d’un double feu dans la région et de la nécessité d’en informer toutes les armées : « Fais rédiger des tablettes pour le pays tout entier (pays de Mari), pour le pays d’Andarig, y compris le district de Hasidanum et celui du Nurrugum … ». Le pays d’Andarig y apparaît en dehors de celui de Mari, mais voisin ou contrôlant les districts de Karana désignés ici par son roi Hasidanum et de celui de Nurrugum bien documenté dans les archives du tell Shemsharah. Ce même constat se trouve dans II 41 : « Atamrum est parti de Subat-Enlil, il est encore à l’intérieur du pays, en route vers Andarig » : Subat-Enlil fait partie du pays (de Mari), mais pas Andarig.
Par ailleurs A.3757 fait apparaître une rivalité constante entre le Numha et le pays d’Andarig, le Yamutbal, soutenu par les rois de Mari. Il s’agit d’un compte-rendu d’un discours de Hammurabi de Kurda à Kasapa : « Depuis toujours, Zimri-Lim n’est jamais venu au secours du Numha. A l’époque de Qarni-Lim, il est monté au secours de la rébellion ; à l’époque d’Atamrum, derechef. S’il est revenu aujourd’hui, c’est bien au secours de Himdiya. Maintenant, une fois que les Babyloniens auront uni leurs forces aux miennes, je vais déclarer la guerre au Bensimalite (à Zimri-Lim lui-même) ».
En effet des liens étroits ont été tissés entre Andarig et Mari : deux filles de Zimri-Lim ont épousé le roi d’Andarig, Atamrum. C’est le courrier de l’une d’elles, Inbatum, qui nous apprend qu’Andarig était la capitale du Yamutbal.

Qarni-Lim, roi d’Andarig, est mentionné dans les archives de Mari et dans celles de Tell Leilan. Il avait un palais à Subat-Enlil, ce qui explique sa présence fréquente dans l’une ou l’autre des deux cités. Le courrier XIV 109 de Mari rapporte les propos d’Isme-Sin d’Azuhinum : « Qarni-Lim avait pris du grain depuis Subat-Enlil pour le faire entrer à Andarig. Il était arrivé à Zunnanum et au moment où il devait franchir les crêtes il a trouvé face à lui les forces coalisés de Hammurabi de Kurda et de Hadnu-rabi prêtes au combat ».

Atamrum est d’abord connu comme vice-roi d’Eshnunna, lorsque l’empereur d’Elam s’imposa sur ce pays. Mais suite au repli des Elamites, on le retrouve simple roi d’Allahad. Il s’empara d’Andarig à la mort de Qarni-Lim. Il était le fils de Warad-Sin qui semble avoir précédemment exercé le pouvoir à Andarig.

Dans les textes médio-assyriens cette ville est orthographiée Addarig. Elle est mentionnée comme étant située entre les deux fleuves.

Le Tell Khoshi, au nord de l’Irak, est situé environ 15 km au sud-ouest du Sinjar. C’est une colline en ruine dont la ville haute, au nord-ouest, atteint jusqu’à 20 m de haut. La superficie totale du tell est de 92 ha ; ce qui en fait l’une des grandes villes des IIIe et IIe millénaires avant J.C. C’est l’argument principal, qui fait que la localisation d’Andarig au Tell Khoshi est accepté par la majorité des historiens.
Les fouilles ont récemment repris, avec l’espoir de trouvaille de tablettes confirmant la dénomination ancienne de la ville.
https://scilogs.fr/breves-mesopotamiennes/les-archeologues-francais-sont-de-retour-dans-le-sud-de-lirak/

Mes notes de vraisemblance :
Andarig était le tell Khoshi : 3,5/5

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus