Kiyatan puis Kayatani était au Tepe Giyan, en Iran ?

Vers le 18e siècle avant notre ère, Kiyatan du Numha est mentionnée dans les archives Mari :

  • XXVI 424 : « Le cinquième jour du mois, l’information suivante me parvint : « Isme-Dagan s’est procuré des provisions de voyage pour sa troupe et entra à Razama ». J’ai déjà écrit cette nouvelle à mon seigneur. Le lendemain j’ai écrit à mon seigneur : « Belsunu et moi avons pris la tête des troupes babyloniennes, et sommes sortis d’Andarig vers l’intérieur de Karana à l’heure du coucher ». Le septième jour, étant encore à plus d’un demi-mille de Karana, j’ai reçu une tablette d’Iddiyatum à savoir : « Reviens à Andarig ! Isme-Dagan, avec ses troupes et les troupes esnounakéennes, s’était approché de Kiyatan au-dessous de Karana. J’ai pris en compte cette tablette, et tout de suite, en cours de chemin, je suis retourné à Andarig. A mon arrivée à Andarig, Askur-Addu m’envoya son fils Agagga, fils de Tugatum, avec le message suivant :  » L’ennemi s’est réfugié à Kiyatan. Il a aménagé la ville basse de cette ville pour en faire son camp. La citadelle de la ville est forte. » »
  • XXVI 521 : « Isme-Dagan s’est emparé de la ville de Kiyatan, qu’il a assiégé. [...]. Et un convoi de ses ânes est allé déposer du grain à Razama. Askur-Addu, avec ses troupes, s’est approché de Kiyatan à moins d’un tiers de mile. Askur-Addu a attaqué une fois, deux fois, puis est retourné dans son camp. Le pays entier du Numha est sans sommeil. Et ils parlent ainsi : « Il a attaqué une fois, deux fois, et d’abord il a fait sortir l’ennemi ; mais il n’a pas réussi à l’expulser » ».
  • XXVIII 171 : « Les villes d’Andarig, Allahad, Subat-Enlil, le pays et les troupes vont bien. Il y a 4 jours, l’ennemi a levé son camp qui était installé devant Kiyatan, et il séjourne maintenant à l’intérieur de la ville de Razama. Les troupes babyloniennes, les troupes de mon seigneur, et les troupes d’Askur-Addu, nous restons face à l’ennemi à Rakna, ville frontière d’Askur-Addu, en marge du pays de Karana. Nous avons envoyé des hommes de campagne pour capturer un informateur, et ils ont capturé 2 hommes aux portes d’Assur. Nous les avons interrogés, et ils nous ont parlé ainsi : « Mut-Askur, fils d’Isme-Dagan, a apporté un cadeau à Eshnunna. Il est allé demander des troupes supplémentaires. Ils n’ont pas accepté son cadeau de visite et ils ne lui ont pas donné un seul homme. » »

Kiyatan apparaît aussi dans les textes néo-assyriens, notamment dans la 6e campagne de Sargon II, sous la forme « Kayatani », vers les montagnes du Zagros.

Le Tepe Giyan est un tell qui a traversé l’âge du bronze et l’âge de fer.
G. Contenau et R. Ghirshman ont fouillé ce site entre 1931 et 1932. Ils ont publié leurs résultats en 1935. Récemment, en 2012, Ali Khaksar a réalisé des travaux pour estimer les dimensions de l’ancienne ville. Ce qui a permis une réévaluation des résultats des fouilles françaises.
http://www.academia.edu/9913994/A_newly-found_diagnostic_Bronze-Age_Burial_from_Tapeh_Giyan_Nahavand_Iran
La période d’occupation maximale du site débute au Chalcolithique et se termine vers 1400 avant notre ère.
La présente localisation est proposée sur la base de deux critères :

  • Le résultat des fouilles archéologiques ;
  • Et surtout un rapprochement phonétique.

Ce sont ces arguments qui justifient le rapprochement dans ce blog : le 24 septembre 2021, celui-ci est hors consensus.

Mes notes de vraisemblance :
Kiyatan / Kiyatani était le Tepe Giyan, en Iran : 2,5/5

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus