Le tell Munbaqa était la ville de Yakaltum, puis d’Ekalte

Le tell Munbaqa a été fouillé par des équipes allemandes. En 1973 et 1974, Winfried Orthmann de Sarrebruck, était directeur des fouilles, avant que le lac Assad ne soit rempli. En 1977, c’était Alfred Maurer de Université de Sarrebruck. Depuis 1978, même si le site est en partie détruit pas la montée des eaux, elles s’effectuent sous la responsabilité de Dittmar Machule de l’Université de Hambourg.
http://mumbaqat.npage.de/
http://www.theodefeyter.nl/pages/galerie_show.asp?gal_nummer=24
Le tell est situé sur la rive gauche de l’Euphrate, très escarpée, occupée par de nombreuses formations rocheuses, au nord de l’ancienne Emar, mais sur l’autre rive.
Les fouilles ont permis de dresser les principales phases d’occupation de la ville :

  • Entre 2600-2100 avant JC, elle comprenait alors des sanctuaires, des temples et une chambre funéraire ;
  • Entre 2000-1600 avant JC, d’autres temples et des fortifications intérieures constituées de remparts flanqués de deux bastions et de tourelles, montrent le dynamisme de la ville d’alors ;
  • Entre 1600-1200 avant JC, des habitations complémentaires, des fortifications extérieures, une rénovation et des agrandissements des temples ont été effectués. 15 tablettes d’argile, datées du Bronze Final, y ont été découvertes, avec de nombreuses références au nom d’Ekalte.

La proximité phonétique de ce nom avec celui d’Ekallatum, abondamment mentionné dans les tablettes des archives de Mari, pourrait faire croire qu’il s’agissait de la même ville à quelques centaines d’années d’existence. Mais les contextes des multiples mentions d’Ekallatum sur les tablettes de Mari, incitent à positionner cette dernière vers le Tigre, non loin d’Assur.

Ekalte était plus probablement la ville appelée « Yakaltum » sur A.2721 et IV 6 des archives de Mari. La dernière tablette évoque d’ailleurs des barques, maintenues à disposition par un dénommé Yasub-El, pour faire la traversée de l’Euphrate au niveau de Yakaltum. Kallatum semble être une autre orthographe de la même ville, dans les archives de Mari, mais aussi dans les textes Médio-Assyriens.

Ce peut être l’Agagalis des archives d’Ebla, mentionné à Hatussa sous la forme Ikakal en Hittite et Ikakalis en Akkadien. Il s’agit d’un récit légendaire concernant l’affranchissement des habitants d’Ikakal vis à vis du souverain d’Ebla appelé Meki.

Mes notes de vraisemblance :
Le tell Munbaqa était la ville appelée Ekalte vers la fin de l’âge du bronze : 4/5
Le tell Munbaqa était la ville appelée Yakaltum ou Ikakal vers les débuts de l’âge du bronze : 3/5

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus