Mais où se trouvait Ilan-Sura ?

Au début du 2eme millénaire avant notre ère, Ilan-Sura nous est surtout connue par son roi, Haya-Sumu, qui s’est marié avec deux filles de Zimri-Lim, roi de Mari. Celles-ci ont laissé des courriers dans les archives du tell Hariri.

La plupart des capitales de l’Idamaras – Ilan-Sura, Aslakka, Abilum, Zalluhan – ne sont pas, aujourd’hui, précisément localisées par l’archéologie. Cela est probablement dû à leur courte durée de vie : de ce fait, leur tell ne doit pas être très important et donc non fouillé en priorité.

Néanmoins, les anciens textes montrent une proximité entre Ilan-Sura et d’autres cités que l’on retrouve d’une part à l’époque de la splendeur de Mari, vers le début du deuxième millénaire, et d’autre part, 1000 ans plus tard, lors de l’Empire Néo-Assyrien. Il s’agit des villes de Mazuradum, Tadum et Sunhum. Des cités ici localisées entre le Tigre et les monts Kasiari. Le roi d’Ilan-Sura a lancé des offensives sur Hazzikkanum, Tilla et d’autres du Haut-Habur.

Par ailleurs, les archives de Mari nous donnent quelques indications supplémentaires :

  • Dans 2786, Yamsun, qui écrit régulièrement au roi de Mari tout ce qui se passe à Ilan-Sura, est qualifié « surveillant du barrage d’Ilan-Sura ». Ce qui signifie que la ville était près d’une rivière.
  • Dans 26356 il apparaît qu’Ilan-Sura est un lieu de garnison où les soldats s’ennuient : « Les soldats qui sont dans la cité d’Ilan-Sura m’ont parlé de la façon suivante « Pourquoi ne rentrons-nous pas auprès de Monseigneur (roi de Mari) à la fin de notre campagne ? Parce que nous restons dans la forteresse du roi à garder […]. Les soldats sont fâchés, et ils veulent partir et aller ailleurs. Je relate ici à mon seigneur ce que disent les soldats. Maintenant, si cela plait à mon seigneur, ils doivent moudre le grain, et le roi Haya-Sumu doit leur distribuer la farine. Il doit renouveler ses troupes. Et mon seigneur peut les réaffecter où il veut. » Et donc, sur la rivière il y a un moulin à eau pour moudre le blé.
  • XIV 50 laisse entendre qu’Ilan-Sura était dans le Subartu : « J’avais émigré depuis quatre ans au pays de Subartu. Lorsqu’Atarum est monté depuis Eshnunna, par peur de la guerre, je me suis réfugié à Ilan-Sura où j’ai logé chez mes frères ».

Dans les archives de Hattusa, le texte Kb0 III 60 évoque une expédition Hittite partie de Nuhayana contre Halab et Ilan-Sura. Il y est question de cannibales, d’un prince de Suda et des cités de Surra et d’Ukapuwa. Sura et Ilan-Sura y apparaissent comme étant deux cités distinctes.

Ilan-Sura n’est plus mentionnée dans les tablettes du premier millénaire avant J.-C.

Dans « Dame de Nagar » Guichard a proposé une localisation au Tell Sharisi.
Certains chercheurs considèrent que la ville de Hasankeyf – qui est concernée par un barrage en cours de construction sur le Tigre appelé « Illusu » – était l’ancienne Ilan-Sura. « Illusu » est un toponyme qui, phonétiquement, se rapproche d’Ilan-Sura.
https://www.evaneos.fr/turquie/voyage/explorer/8539-1-hasankeyf/

D’autres hypothèses de localisation d’Ilan-Sura ont été dressées en s’appuyant sur XVI-357 de Yanuh-Samar de Sehna, vers le début du 2e millénaire évoquant Sehna, Hazzikkannum, Kahat, Pardu, la porte de Tadum et le pays d’Ilan-Sura. Mais le récit qui décrit des affrontements est confus. Ce qui semble certain, c’est que par « Porte de Tadum » il faut comprendre « col de Tadum », lieu où une embuscade pouvait facilement être tendue. Et ce lieu de passage est probablement celui d’une vallée à travers le Turabdin.

Ce sont ces arguments qui donnent du sens à une localisation non loin de Savur qui était alors désigné « Sura ». D’ailleurs un toponyme « Alan » se retrouve dans le village actuel de Yesil Alan, à moins de 10 km de Savur, sur une petite rivière qui descend de la montagne. Cela expliquerait en même temps le nom composé avec « Sura ».

Depuis longtemps les archéologues ont observé que des colonisations se sont opérées par une installation de nouveaux habitants non loin de la capitale de la région occupée, surtout durant l’âge du bronze. Et puis, les premiers moulins devaient déjà être des lieux stratégiques à défendre.

Mes notes de vraisemblance :
Ilan-Sura était dans les monts Kasiari, l’actuel Tur-Abdin : 2,5/5

 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus