Huwarsanassa, Hursanassa, Arsani étaient différents noms d’Arsinoe ?

Arsinoé est une ancienne ville byzantine, sur la côte sud de l’Anatolie, située entre Anemurium et Kelenderis, près de la ville moderne de Bozyazı. Strabon lui a attribué un port. Il serait près des ruines du château appelé Softa Kalesi ou Sokhta Kálesi.
http://www.kulturportali.gov.tr/turkiye/mersin/gezilecekyer/arsinoe-maras-tepesi

Arsinoé est réputée avoir été fondée par Ptolemy Philadelphus, qui l’aurait appelé ainsi en hommage à sa sœur et épouse Arsinoe II d’Égypte. Les deux cités voisines d’Arsinoé et de Nagidos ont souvent été en conflit vers cette époque, notamment parce que la cité d’Arsinoé a été créée par amputation d’une partie du territoire de Nagidos. Néanmoins, cela ne signifie pas que cette ville n’avait pas d’antériorité. Il faut aussi comprendre que les noms de personnes sont souvent, à l’origine, des noms de cités. Peut-être que la proximité phonétique d’un ancien nom de lieu avec le nom de la princesse est à l’origine de l’hommage.

Voici les différents textes, du 2e millénaire avant notre ère, traduits des tablettes d’Hattusa, qui paraissent concerner cette même ville :

  • Un traité a été conclu entre Mursili II et Kupanta-Kurunta prince de Mira. Il indique que des cités du pays de Lukka, Attarimma, Huwarsanassa et Suruda, ont été reconnues comme étant des possessions de Kupanta-Kurunta ;
  • Un ultimatum de Mursili II au roi d’Arzawa, Uhhaziti, est une demande de restitution des déportés de Huwasanassa, Attarimma et Suruta, probablement consécutivement au conflit qui a précédé le traité ci-dessus ;
  • Le trublion Mudduwatta, à l’époque du roi Tuthaliya, avait rallié à sa cause les pays de Zumanti, Wallarima, Yalanti, Zumarri, Matamutassa, Suruta et Hursanassa ;
  • Le roi du pays de Mira, Manapa-Tarhunta, avait fortifié les villes d’Arsani, de Sarawa et d’Impa.

Beaucoup de chercheurs voient les villes d’Arsani, de Sarawa et d’Impa vers la haute vallée du Méandre. La fréquente mention de Huwarsanassa avec Suruda ou Saranduwa qui était probablement Kalenderis, s’explique par une proximité. C’est surtout pour cette raison qu’est ici proposée cette équivalence.

Il est possible qu’au 1er millénaire avant notre ère, cette ville se soit appelée « Abarsani » par les néo-assyriens, le préfixe « Ab » ou « Ad » signifiant « sous » comme dans « Ya Adnana ».

Mes notes de vraisemblance :
Arsinoé était appelée Huwarsanassa, Hursanassa, Arsani par les Hittites : 2,5/5
Arsinoé était appelée Abarsani par les néo-assyriens : 2,5/5

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus