Ankuwa était le site d’Acemhoyuk

 

Acemhöyük est un des sites les plus visités d’Anatolie. Il est situé environ 20 km au nord-est d’Aksaray. Il a été fouillé à partir de 1960 par des équipes d’archéologues turcs, dirigées dernièrement par Nimet Özgüç.

http://www.transanatolie.com/Francais/Turquie/Anatolie/Antique%20Cites/acemhoyuk.htm
La cité est datée du 4ème millénaire avec une occupation maximale entre 2000 et 1700 avant notre ère, c’est-à-dire durant l’époque des commerçants assyriens. Deux palais y ont été dégagés. Dans un de ceux-ci, divers sceaux y ont été exhumés, dont celui de Samsi-Addu le souverain de Mari. La ville semble avoir été détruite vers 1800 avant notre ère.
Purushattum est le toponyme le plus souvent alloué par les historiens anatoliens.

Initialement, Amkuwa, ou Ankuwa, a été proposée pour le site d’Alisar Höyük. Ce dernier tell a été fouillé entre 1927 et 1932 par l’Oriental Institute of Chicago. Des tablettes cunéiformes y ont été trouvées (entre 50 et 100), de l’époque des marchands assyriens. La proposition était liée au fait qu’Amkuwa est le toponyme le plus fréquemment mentionné dans ces écrits.
Mais des doutes sont apparus du fait qu’on est certain que la ville existait sous Hattusili III, alors que l’archéologie d’Alisar Höyük ne le prouve pas clairement.
Les textes de Kanès montrent qu’il y avait une reine à Amkuwa. Kt94/K1237, qui consigne des déclarations dans Burushaddum, la définie comme étant la sœur du roi de Shashasama. Ce dernier toponyme est probablement la classique Sasima.
Mais ces tablettes, comme tous les écrits paléo-assyriens, présentent trois difficultés :

  • On ne sait jamais s’il s’agit d’une copie d’une tablette envoyée ou d’une tablette reçue ;
  • Certains marchands avaient des comptoirs privilégiés avec d’autres villes d’Anatolie, parfois éloignées ;
  •  Il y a eu des déplacements de lots entiers de tablettes, ces transferts sont bien documentés.

Ici est proposé un positionnement d’Ankuwa à Acemhöyük. Il repose sur quatre arguments principaux :

  • La tablette n°e844 d’Alisar concernant la retenue de 6 personnes par le Burulum d’Amkuwa s’est dénouée par l’intervention d’Anita, qui est maintenant admis comme étant l’ancêtre d’Hattusili I, le roi de Kussar. Et donc la cité d’Ankuwa était probablement sous la dépendance et vers ce lieu de pouvoir que je positionne vers l’Ouest de l’Anatolie (voir ici) ;
  • Une tablette de Hattusa évoque un trajet de Hattusa vers Ankuwa en trois jours avec Imralla puis Hobigassa comme lieux d’hébergement chaque nuit. Par ailleurs, une rivière est évoquée non loin d’Imralla. Il est probable que ce soit le Kizilirmak ;
  • Lors d’une revue des troupes à Ankuwa, se trouvaient des guerriers de Taruka, du Tummana, de Hakmis, de Sanahuitta et de Hattena : des villes toutes du nord et de l’ouest de Hattusa accessibles sans avoir à traverser le Kizilirmak ;
  • Un certain Askaliya avait été nommé administrateur d’Ankuwa. Il est mort pauvre du fait de la maigreur des troupeaux d’Ankuwa et de Kuzuruwa.

Le dernier point montre une proximité entre Ankuwa et Kuzuruwa, qui, dans ce blog, est positionné à Aksaray (voir ici).

Mes notes de vraisemblance :
Amkuwa ou Ankuwa était le site d’Acemhoyuk : 2,5/5

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus