« Milawatta » ou « Milawanda » désignait la ville de Milet

Amphithéâtre de Milet

Amphithéâtre de Milet

L’ancienne ville de Milet correspond à un site archéologique sur la commune actuelle de Balat, vers la côte sud-ouest de l’Anatolie.
Les premières fouilles ont été effectuées en 1873 par l’archéologue Français Olivier Rayet. Elles ont été suivies, de 1899 à 1914, par celles de l’Allemand Theodor Wiegand, qui a, notamment, dégagé l’ancien port, montrant que la ville, autrefois, était au bord de la mer. C’est l’Université de la Ruhr, ville de Bochum, en Allemagne, qui est maintenant en charge des travaux archéologiques. Il s’agit d’un des sites antiques les plus visités.
Plan de la ville antique : http://jfbradu.free.fr/GRECEANTIQUE/ASIE%20MINEURE/MILET/MILET.php3?r1=2
Pausanias a attribué la création de la cité de Milet à des colons Grecs emmenés par Néléus, un des nombreux fils du Roi d’Athènes, Codros. Les Ioniens auraient tué les hommes de Milet et auraient épousés leurs femmes. Pourtant, des artefacts de la civilisation Minoenne, trouvés sur le site, montrent que Milet exerçait une activité commerciale avec la Crète dès 1900 avant J.C. Sur la plupart des sites d’Anatolie, et c’est le cas pour Milet, les chercheurs constatent effectivement des installations humaines proches de villages plus anciens, comme si des peuples nouveaux, au fil du temps, avaient choisi de s’installer non loin de populations autochtones (peut-être en les asservissants). Mais la cité existait déjà sous les Hittites, identifiée par « Milawatta » ou « Milawanda », ce qui rend la paternité de la création de la ville tout à fait légendaire.
Les textes hittites rapportent que Mursili II a envoyé deux généraux, Gulla et Malaziti, attaquer le pays de Milawanda, qui appartenait alors au roi d’Ahhiyawa.

Pour en savoir plus : http://antikforever.com/Asie_Mineure/ionie_carie/milet.htm

Mes notes de vraisemblance :
« Milawatta » ou « Milawanda » désignait la ville de Milet dans les textes hittites : 4/5

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus