Walwara était une forteresse sur la rivière Alara ?

Dans les archives de Hattusa, Walwara apparaît essentiellement dans les deux traités qui définissent les frontières du pays de Tarhuntassa. Alors que dans CTH 106, les frontières sud de Tarhuntassa ne sont définies que par une phrase « en direction du pays ennemi : Walwara et ses diverses dépendances ». Dans Bo 86/299, un effort de précision a été fait, Walwara est « en direction de Hawaliya ».
Dans le premier traité, Walwara, Mata, Sanhata, Surimma, Tatassi et Saranduwa sont en bordure d’un pays ennemi. Ces villes sont également mentionnées ensemble dans le deuxième traité, mais elles sont simplement indiquées comme étant en direction de la mer.

Sous Hattusili III, Walwara est, avec Hawaliya, dans une liste de cités en conflits avec le pays de Lukka. Les toponymes, ceux abandonnés aux hommes de Lukka lors d’une seconde offensive, sont pour la plupart des lieux en bord de mer, communs aux villes frontières de Tarhuntassa : Walma, Wattaruwa, …, …, Nahita, Sallusa, …, Sanhata, Surimma, …, Walwra, Hawaliya, …, Inassa.

Le toponyme « Walwara » se rapproche d’Alara, qui est une rivière côtière vers la côte sud de la Turquie, à l’est d’Antalya. Plus en amont se trouve un caravansérail seldjoukide du 13e siècle, surplombé d’une ancienne forteresse accessible par un tunnel de 120 marches. Si la datation du caravansérail ne fait pas de doute, celle du château au sommet semble antérieure.
http://www.turkishhan.org/alara.htm
https://www.youtube.com/watch?v=WAFKcH6WFzY
Alawari ou Alauwa des tablettes d’Alalakh désigne ce même lieu, mentionné au sujet d’un conflit entre Niqmepa et Sunassura du Kizzuwatna. Des chercheurs considèrent que ce toponyme serait l’antique Aliaria, près d’Islahiye, également en Turquie, sans certitude. La forteresse d’Alara me semble plus probable, même s’il n’y a pas de confirmation par l’archéologie.

Mes notes de vraisemblance :
Walwara était la forteresse sur la rivière Alara : 3/5

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus