Hurama était proche de Salahsuwa et Kussara

 

En Anatolie, au début du 2e millénaire avant notre ère, dans les textes de Kanès, Hurama apparaît comme étant une ville importante avec un prince à sa tête, disposant d’un karum, non loin de Timelkiya et très proche de Salahsuwa et Kussara. Par voie de transport terrestre, c’est à dire à l’aide d’ânes, Hurama était une destination lorsque la Sukinnu Route n’était pas ouverte et que les marchandises étaient arrivées à Timelkiya. Ce qui a dû se produire durant une période de temps où les ports de la Cilicie n’étaient pas praticables du fait de guerres dans les régions de Salatuwar, Ulama (Walama ?) et Wahsusana.

Voici deux extraits qui justifient le positionnement proposé :

1. Du texte Kt94/k1238, qui a servi de base à plusieurs chercheurs pour affirmer que Kussara et Hurama était à l’est de Kanès, je pense qu’il ne faut retenir que la proximité entre Hurama et Kussara. C’est un courrier de Salim-Assur à ses représentants Ennam-Assur et Ali-ahum : « Je suis à Tegarama. Avant que je reprenne mes marchandises – urgent – avant que j’arrive, réunissez toutes sommes d’argents et tenez là à disposition dans ma maison. N’envoyez pas d’argent à la Ville. Le jour que vous recevrez mon courrier, Ali-Ahum doit venir à ma rencontre soit dans Hurama, soit dans Kussara, et il doit apporter tout l’argent qui est disponible. Les textiles que Ali-Ahum transporte pour la contrebande doivent rester sous sceau ».
Ici, il faut comprendre que Salim-Assur est en voyage, il est à Tegarama mais sans marchandise avec lui. Sa vitesse de cheminement est probablement assez rapide. Le lieu de sa maison est plus certainement Durhumit que Kanès d’après d’autres courriers qui montrent qu’il habite Durhumit et on ne sait pas s’il y passe. Il demande une rencontre avec Ali-Ahum surtout pour récupérer de l’argent. On ne sait pas où Ali-Ahum reçoit ce courrier, probablement dans un lieu encore plus éloigné. Hurama et Kussara, sur le chemin de Salim-Assur, apparaissent assez proche l’une de l’autre.

2. Le texte Kt 94/k924 montre une proximité entre Timelkiya, Hurama et Salahsuwa  : Des 197 textiles qui ont été laissés dans Timelkiya, x sont prévus pour la contrebande. Les autorités de Salahsuwa et Hurama ont levé la « nishatum-taxe ».
Il y a un accord entre les deux villes de Hurama et Salahsuwa pour percevoir ensemble cette taxe au port de Timelkiya.

Dans les archives hittites, cette ville est orthographiée Hurma. Askaliya était un seigneur de cette cité. Il était réputé avoir eu un conflit avec un administrateur d’Ullama.

Le toponyme Hurama/Hurma se retrouve dans la classique Keramon Agora, dont la localisation est contestée. Et ce peut très bien être le site de Beycesultan dont l’occupation est attestée depuis des débuts de l’âge du bronze jusqu’à la période byzantine.

http://luwianstudies.org/de/sites/beycesultan/

http://www.beycesultan.org/

Les fouilles de Beycesultan ont exhumé un karum paléo-assyrien, et un palais hittite.

 

Mes notes de vraisemblance :
Hurma était le nom hittite de la Paléo-assyrienne Hurama : 4/5
Hurama était proche de Salahsuwa et Kussara : 3/5
Hurama et Hurma sont à positionner à Beycesutan : 2,5/5

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus