Kelenderis s’appelait Saranduwa sous les Hittites après avoir été Saladuwar

Kelenderis ou Celenderis est une dénomination byzantine certifiée du port moderne d’Aydıncık, sur la côte sud de la Turquie. Le nom actuel date de 1965. Auparavant la ville s’appelait Gilindire, par déformation du nom byzantin Kelenderis.

La mythologie dit que Kelenderis fut fondée au IIe millénaire av. J.-C. par Sandakos, un phénicien venu de Syrie. La cité était réputée avoir été colonisée et développée par les Ioniens.
A l’époque hellénistique, elle était alliée aux Ptolémées d’Égypte.
http://www.oocities.org/hyerol2000/french.htm

Des fouilles archéologiques, menées par Levent Zoroğlu de l’Université Selçuk depuis 1987, ont montré que, au niveau de l’acropole, la couche la plus ancienne date du 8e siècle avant notre ère. Une plaque en bronze a permis de découvrir que Kelenderis s’appelait alors Saranduwa.
http://www.akmedanmed.com/print_en.php?artID=125&catID=12

Toutefois, il est fort probable que l’ancienne cité hittite ne soit pas la ville moderne, mais un lieu très proche : sur l’île en face donc, sur laquelle des vestiges anciens existent, ou au niveau d’un lieu-dit noté par des voyageurs du siècle dernier, Selindi, qui phonétiquement semble plus proche de Saranduwa.

Les textes retrouvés à Hattusa mentionnent un tel nom, ou un toponyme se rapprochant, Sariyanda :

  • Saranduwa apparaît parmi les villes frontières du pays de Tarhuntassa ;
  • A l’époque du roi Tuthaliya, CTH142 fait apparaître une liste de cités ayant soutenu le roi d’Arzawa : Sariyanda, S/Parmana, Uliwanda, …

Saladuwar est une cité anatolienne du début du 2ème millénaire avant notre ère surtout mentionnée dans les textes retrouvés à Kanès.
Dans la tablette kt92 rédigée à Wahsusana il est question d’un comptoir de Ulama (il s’agit ici plus probablement de Walama) et Saladuwar.

Kt83k117 est libellé ainsi : « Dis au karum de Kanis : ainsi parlent vos messagers et le karum de Wahsusana : le wabartum de Ulama ainsi que celui de Saladuwar nous ont envoyé des tablettes. Nous en avons pris connaissance, nous les avons scellés et on vous les apporte. Le jour même où nous avons pris connaissance des tablettes, nous avons envoyé à Purushattum deux messagers par la route d’Ulama, ainsi que deux messagers par la route de Saladuwar pour éclaircir l’affaire … » (dans ce texte aussi, il est plus probable que le premier Ulama soit Walama avec un cheminement terrestre à travers les Pyles Ciliciennes ; alors que par Saladuwar le cheminement semble plutôt être par cabotage maritime).
La lettre kt25 montre qu’il était possible de se passer de mule pour aller de Saladuwar à Wahsusana. Ce qui signifie que c’était un trajet effectué par bateau. Les traducteurs ont pensé qu’il s’agissait de traverser une rivière. En fait, il faut admettre que Saladuwar et Walama étaient deux ports au sud de l’Anatolie et Wahsusana était un autre port au-delà de la mer.

Dans « The Old Assyrian City-state and its Colonies » Mogens Trolle Larsen s’étonne d’une taxe spécifique appelée « Saddu’utum », très élevée, perçue par le karum de Kanès sur les marchandises de Mamma, Salatuwar, Wahsusana, Kussara et Burushattum. Ainsi TC1,32 : « Ainsi parlent les messagers du Karum de Kanes et le Karum de Wahsusana : dis aux payeurs de la taxe-datum et aux élus de Saladuwar : Alabum a déposé pour vous en taxe 2 sicles d’argents et 2 mines de cuivre de bonne qualité … »
Il faut vraisemblablement y voir l’explication suivante : les marchandises étaient acheminées par le sud de l’Anatolie sans passer par Kanès.

Identifié comme résident de Saladuwar, au moins temporairement, Buzazu a investi dans le contrat-naruqqum de Puzur-Assur. Ces deux marchands assyriens apparaissent très actifs dans le transport des marchandises vers les villes de Wahsusana, Timelkiya et Purushattum.

De récentes fouilles archéologiques sous-marines se sont avérées positives vers la classique Kelenderis, avec la trouvaille de nombreuses ancres de navires datées de l’âge du bronze, surtout autour de l’île appelée Yılanlı Ada.
http://korhanozkan.org/wordpress/wp-content/uploads/2012/07/evrin_ayaroglu_etal_2005_akmed.pdf

https://www.yumuktepe.com/aydincik-kelenderis-yilanli-ada-volkan-evrin/

http://www.ancientportsantiques.com/wp-content/uploads/Documents/PLACES/Turkey/Yilanyi-VolkanEvrin2004.pdf

Nous avons maintenant trois critères qui permettent le rapprochement de Saladuwar de la fin du 2eme millénaire avec Saranduwa du milieu du même millénaire et finalement Kelendris :

  • Les résultats archéologiques ci-dessus ;
  • Une position géographique plus à l’ouest par rapport à Holmoi ;
  • Une ressemblance phonétique.

Mes notes de vraisemblance :
Aydıncık s’appelait Kelenderis durant la période byzantine : 5/5
Kelenderis, ou Selindi, s’appelait Suruda, Saranduwa ou Sariyanda sous les Hittites : 4/5
Saladuwar des marchands assyriens était la classique Kelenderis : 3/5

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus