La forteresse d’Aias à Yumurtalik, le lieu appelé Hahhum, Hahha, Alha ou « I’e » durant l’âge du bronze ?

 

Yumurtalik est une ville de Turquie située au sud d’Adana. Sur cette commune, une ancienne forteresse appelée Aias, construite sur le mont Zeytinbeli Höyük, dominait autrefois un port.
http://www.orient-latin.com/fortresses/aias
Le port était actif à partir de 2000 avant notre ère. Des poteries hittites du 17e siècle avant J.-C. y ont été trouvées. En grec, il s’appelait Aléios ou Aigai, en latin Aegée. Parmi les nombreux sceaux et scarabées découverts en Cilicie, au musée d’Adana, certains proviennent de Zeytinbeli Höyük, notamment un scarabée en serpentine rouge sombre.

Le paysage de la région devait être différent au 2e millénaire avant notre ère de par l’apport, sur 4 millénaires, d’alluvions des rivières voisines. Tarse, par exemple, était en bord de mer. Aussi il est possible que cette ville et les collines avoisinantes constituaient une île ou une presqu’île dans l’antiquité. Hérodote a qualifié les Ciliciens d’Hypachéens ou Hypachaoi, c’est à dire « sous Achai ». Cela peut provenir d’un simple constat géographique : La Cilicie se situait sous l’île d’Agai.
Une origine grecque des plus anciennes populations y a longtemps été perçue. Il s’agit peut-être de la cité évoquée dans le chant VI de l’Iliade, lorsque Glaucos décrit sa généalogie et que Bellérophon fut pris en inimitié par les Dieux, il erra seul dans le désert d’Alèios, avant de combattre les Solymes illustres.
Il y a lieu de se demander s’il ne s’agit pas de la ville d’Alha ou Hahha mentionnée comme ayant été détruite par Hattusili I vers 1600 avant notre ère. Cette campagne est relatée sur une tablette provenant de fouilles clandestines, adressée au roi de Tikunan. Le recoupement des informations a permis de comprendre que l’ordre de marche a été : Zaruna, mont Atalur, rivière Purana, Hassuwa, Zippasna puis Hahha.

Si Hahha est bien cette cité, alors Hahhum est son nom paléo-assyrien : au début du 2eme millénaire avant notre ère, c’était une importante plaque tournante, où les marchandises en transit étaient reconditionnées parce que, je pense, le moyen de transport changeait pour une bonne partie des marchandises.

La ville de nom « I’e » est une des sept forteresses, et leurs places commerciales, qu’Idrimi, roi d’Alalakh, a conquis suite à des expéditions au pays du Hatti. La date probable de la prise de la cité et la position relative de ce lieu avec les autres rend ce rapprochement tout à fait plausible.
Ce serait alors une explication de l’émergence d’un pays de navigateurs appelé « Ahhiyawa ».
Ces hypothèses sont confortées par la récente découverte de deux stèles à Arsuz, un lieu-dit de Uluçınar, plus au sud. Leur traduction montre que l’auteur est un roi Suppiluliuma de Palastin, qui proclame une victoire sur les pays voisins de Adana et de Hiyawa, vers le 10e ou le 9e siècle avant notre ère.
https://www.hittitemonuments.com/arsuz/arsuz04.htm

Mes notes de vraisemblance :
Hahha, Alha, « I’e » et Hahhum désignaient le port d’Aias à Yumurtalik au début du 2e millénaire avant J.-C. : 3/5
A la fin de l’âge du bronze, « Hiyawa » désignait la forteresse et le port d’Aias à Yumurtalik : 2,5/5

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus